Blog / news

Shibari 2017 et autres activités

Shibari 2017 et autres activités

D’abord, j’aimerais vous souhaiter une bonne année pleine de cordes et d’expériences corporelles.

J’aimerais aussi vous remercier car je suis extrêmement heureux du développement du Yoroï-Ryu ces deux dernières années. En particulier, de la communauté de Shibari qui s’est construite autour des JAMS et des workshops dans notre lieu. Elle s’articule autour d’une attitude de respect et de bonne humeur quasi familiale (Malgré certaines de mes décisions tyranniques).

Donc où en sommes nous ?

Nous allons commencer à faire des Jams certains dimanches, différement des Brunchs&Ropes, de 19h à 22h. La première a déjà eu lieu le Dimanche 15 janvier. Nous essayerons d’organiser un à deux “Sunday ropes JAM” par mois. En parlant d’organiser le dimanche des cordes, Deborah propose en mars de reprendre les Brunch&Ropes !

J’aimerais également lancer une JAM de massage en mars; et je suis en train de discuter d’un workshop de massage sur la respiration pour le début de l’été.
(Calendrier des JAMS sur le sites de carpe.online)

Les moments d’étude du Kinbaku (ou Shibari) sont maintenus les lundis en donnant toujours la priorité sur les cours de sol et de semi suspension.
D’ailleurs, comme dit précédemment leur structure va changer : ils débuteront par une figure technique.
(Le reste, comme à notre accoutumée, s’effectuera avec une approche globale et créative !)

Nous aurons aussi d’autres Workshops autour du corps et des émotions.
En particulier, ne manquez pas mon premier stage Submission (Level I) du 19 Février.

Au niveau organisation et technique, le site CARPé (carpe.online) a revu le jour et donc permettra de mieux différencier les activités où j’officie pour l’asso de celles où j’officie pour moi. Donc la totalité des activités organisées par CARPé à Paris, Berlin et Bruxelles sera affichée sur le site CARPé dans le calendrier d’événements que vous connaissez bien !

Par contre mes activités sont sur une nouvelle page Dates de mon site personnel yoroishibari.net.

En plus d’une meilleure séparation des activités, cela permettra plus facilement l’ouverture…

L’ouverture, je l’ai eu depuis plus de 10 ans dans ma technique, vais je relever le défi pour d’autres aspects de mes (nos?) projets ?

Nicolas.

Octobre 2016

Octobre 2016

Un nouveau lieu s’impose ! Le 164 Rue Royal est magnifique, plein de charme et de caractère. Mais il ne nous offre pas un espace suffisant. Mais son caractère l’empêche de devenir un un studio photo neutre. Mais les événements d’étude et de réunion ont besoin de plus d’espace. Je suis donc en recherche d’un lieu avec un vrai esprit loft, un espace vierge, un ancien entrepôt… Un lieu qui invite aux mouvements, à la méditation active et à la création !

Nous nous sommes données jusqu’à fin décembre pour sortir de l’appartement. A partir de là, ou bien je redeviendrai nomade et nous verrons comment conserver les JAMs et les ateliers de Kinbaku. Ou bien j’aurai trouvé un nouveau lieu, et je développerai d’autres événements autour du massage, des arts martiaux et de la danse. Mais également un certain nombre d’ateliers d’expérimentation autour de la sensualité créative (voire sexualité créative).

Au niveau des cordes et de la photographie, les séries « Yurei » et « Meeting with ropes » continuent. J’ai aussi commencé deux nouvelles séries « Abandonned Girl » (où il y aura des hommes) et « Souvenir de corde ». La première à pour but de faire une parabole de nos sociétés abusives. La deuxième est une sorte de testament des ces « simples » séances d’entraînement ou de jeux qui forment mon quotidien et qui sont le ciment de mon activité de cordes. Montrer la beauté de ces moments par de « simples » traces.

Dans les événements importants qui arrivent :

Pour le reste des infos (Jam, workshop, Vienne, Berlin, Paris …), merci de consulter le calendrier.

Nicolas.

Yoroï-ryu

Yoroï-ryu

Dites, cela fait un moment, non ?

Pas de voeux de fin ni de début d’année… Serais-je un ours, qui vient d’hiberner, ne sortant épisodiquement que pour lancer un projet ou deux, animer des Jams et faire quelques workshops ?

En tous cas voilà les news :

Yoroï-ryu

Ryu : terme japonnais que l’on peut traduire par : « école », « style », voire : « technique ».
Yoroï : Armure japonaise dont la première caractéristique est d’impressionner l’ennemi. A la différence des armures européennes, elle n’empêche pas de faire la plupart des déplacements (comme nager) mais elle oblige le porteur à réapprendre à se mouvoir dans l’espace.

L’expression a été lancée sur un mur par Andrea Quartacorda. Le terme m’a plu et il est vrai que les dizaines de milliers d’heures de pratique et d’étude m’ont amené à créer une approche spécifique des cordes.
Bientôt dix neuf ans que j’ai touché ma première corde. Et cela fait huit ans que c’est devenu mon activité principale. Au cours de ce temps, j’ai mis en place un système d’étude, d’appréhension et de pratique des cordes particulier.

  • Les influences originelles sont :
  • Les cordes d’Arisue Go, avant tout
  • L’aïkido d’Endo Sensei, Kuribayashi Sensei et de Miyamoto Sensei
  • Le massage thaï

Depuis, bien d’autres artistes ont depuis enrichi ma vision des cordes et du corps, tels que Randa Mai, Felix Ruckert, Shadow, Kazami Ranki, Kasumi Hourai.

Sans oublier les centaines de personnes qui m’ont fait confiance et m’ont accompagné sur ce chemin, et notamment Maeva, Kimiko, Emi, Ayako, Sayaka, Yumi, Mélanie, Pimousse, Niyouli, Swam, Clementine, Sarura, lello li, Faustine…

Ma pratique est aujourd’hui devenue une forme particulière qui influence à son tour d’autres artistes, performers et présenteurs. Lui donner un nom, c’est accepter d’en prendre acte et de chercher dans un sens particulier.

Or donc le Yoroï-Ryu :

Photo by Guy BarbierL’idée directrice est d’utiliser des exercices d’arts martiaux japonais, des massages et bien sûr des techniques de corde pour créer des moments de Kinbaku où l’attacheur et le modèle sont réellement présents du premier contact visuel jusqu’à l’extrême fin de l’interaction.

L’immobilisation n’est, dans ce style, qu’un aspect de l’art japonais d’encordage. Le mouvement, mental aussi bien que physique, fait également partie de l’ensemble. Rigger et modèle peuvent être vus comme engagés dans une danse encordée, où le déplacement de l’un va spontanément entraîner le mouvement de l’autre. Au cours de cette étude, nous allons ainsi explorer la symbiose entre corps et esprit, et comment repousser les limites de chacun des deux.

Bien que sa représentation et sa pratique puisse facilement se confondre avec l’utilisation classique du bondage, le Yoroï-ryu est avant tout une danse encordée qui se suffit à elle-même.

Voilà c’était tout simple, mais pas si simple en même temps. C’était un pas nécessaire pour poursuivre le chemin de recherche qui est le mien, et dans lequel je vous invite à mes côtés.

GODAI

Cinq éléments (Terre, Eau, Feu, Vent, Vide) qui peuvent servir à expliquer une technique, un style. Une synergie entre les différents éléments et ce qu’ils nous suggèrent m’aidera à animer des stages. Le but étant toujours d’amener les personnes dans ma recherche et de progresser avec eux. Ce type d’enseignement est déjà en place à Paris et Berlin. Un stage spécial d’introduction au Yoroï-ryu accompagnera les personnes qui souhaitent rejoindre l’école en cours de cycle.

En résumé, je ne souhaite plus faire de cours kleenex, mais plutôt à animer des groupes sur 5 jours ou 5 week-ends pour obtenir une progression et une cohérence dans la pratique.

Il a été amusant de remarquer que certaines personnes qui dans le passé m’avaient beaucoup critiqué sur cette idée, l’utilisent désormais dans leurs pratiques et enseignements ! Ce fut une bonne leçon pour moi.

SPAIN – One week floor work (And sun. And water)

Une semaine de stage en Espagne animé par cette sublime Berlinoise qu’est Kristina Marlen et votre serviteur. Plus d’infos ici : http://yoroishibari.net/event/spain-june-2016/

Master Class in Bruxelles – Kinbaku – Paradox

Comme l’année dernière 5 couples, 4 jours de défis et de mise en difficulté.
Plus d’infos ici : http://yoroishibari.net/event/master-class-in-bruxelles-kinbaku-simple-and-conceptual/

Bruxelles :

  • Il y a maintenant :
  • Quasiment tout les mercredis une JAM pour pratiquer
  • Un cours de sol généralement au début du mois (Attention en mai, cela sera le lundi 2 mai.)
  • Un cours de suspension basique chaque mois (on recommence un cycle le 15 avril)
  • Un cours de suspension Advanced accessible sur invitation chaque mois.
  • Un cours pour débuter tous les deux mois (le prochain samedi 30 avril)

En plus, je vais lancer un cours de week-end pour ceux qui ne peuvent se libérer la semaine (nous commencerons le 17 avril) et aussi certainement un atelier photo.

Voilà, pour le reste, n’hésitez pas à visiter ma page d’Events et mon Tumblr !

Nicolas.

P.s: J’ai fait des commandes de cordes en jute ici et là, si vous en voulez et que vous pouvez venir les chercher, écrivez-moi !

I’m Back

I’m Back

Bon d’accord cela fait un peu 4 mois que j’aurais dû envoyer une newsletter… J’ai toujours une correspondance aussi difficile, que voulez vous !

Mais je suis de retour.

Au programme ?

Ma priorité va être de remettre l’énergie dans les performances tel que je le voulais. Fin 2014 cette énergie était élevée et je tiens à surfer à nouveau sur cette vague. Quoi d’autre ? Le travail photo et d’écriture redémarre doucement. Tout cela à été fortement ralentie par l’arrivée en Belgique, un peu plus chaotique qu’anticipé. Car vous savez quoi ? Pour la première fois de l’histoire de l’humanité un projet ne s’est pas déroulé comme imaginé ! Impensable non ?

Dans les détails, nous avons au menu :

A Bruxelles

Les jams ont désormais lieu presque tout les mercredis.

Les cours prendront le rythme suivant :

  • travail thématique et au sol au début du mois
  • présentation de mes formes de base de suspension en fin de mois

A compter de janvier, il y aura des cours advanced, principalement autour de la suspension. J’aimerais y emmener un groupe de personnes dans ma recherche.

Les performances sont de retour dès la fin du mois avec CHARTme le 21 à Liège, mais aussi certainement au festival Ose le même week end.
Mais le but est surtout d’amener cela sur des scènes plus classiques ou plus grand public, afin que les danseurs, ou de manière plus général les performeurs en général, puissent rencontrer le shibari en live.

A Paris

Les choses ont beaucoup évolué depuis 5 ans, la communauté a grandi et ce qui était mon pari un peu fou de faire du shibari un art à part entière qui sorte des donjons et backrooms s’est réalisé. Je suis heureux d’y avoir participé.
Mais ayant à la fois déménagé à Bruxelles et perdu ma salle en 2015 (j’en conviens, se faire subtiliser sa salle par la ligue de son sport de prédilection est un peu ridicule, ou à tout le moins ironique), je suis resté absent depuis l’été.
Pourtant j’aimerais continuer le travail commencé avec les personnes qui se retrouvent dans ma recherche. La forme que j’envisage serait d’un week-end complet tous les deux mois. Plus de précisions viendront dès que j’aurai finalisé ma recherche de salle.

En ce qui concerne les performances, toujours prêt !

(Certains m’ont suggéré la Place des Cordes, dont la PdC elle-même qui m’a déjà cordialement invité. Je n’y ai pas donné suite, ne me sentant pas connecté à cet environnement. )

En France et en Europe :

Bien que toujours partant pour animer des workshops, je souhaite qu’ils s’inscrivent dans un travail suivi, dans une recherche homogène. Je m’explique : il est évident que mon style et que mon étude sont différents de ce qui est classiquement proposé en Europe. Afin de pouvoir exploiter pleinement les outils que l’on m’a transmis, mais aussi de pouvoir bénéficier de la dynamique de groupe pour pousser ensemble notre recherche, notre créativité et notre exploration des infinis possibles qu’offrent les cordes, il est indispensable de développer une grammaire commune. Devoir revenir sans cesse aux basiques faute de travail suivi et de fréquence suffisante est au final plus que frustrant pour moi.

Je suis également toujours, et plus que jamais partant pour présenter des performances, et sans se limiter là non plus au cadre usuel du shibari. Rencontrer des univers artistiques différents me passionne, les attirer dans mon énergie encore plus. C’est définitivement dans cette direction que j’ai envie de concentrer mon énergie pour les 5 prochaines années . Le kinbaku s’explique, s’enseigne, se découvre, se cherche mais surtout se vit. Et que cela se passe dans l’intimité la plus solitaire ou que l’on invite des témoins dans cette intimité, c’est l’action de vivre les choses qui crée la magie de l’instant.

Or donc Yoroï Nicolas ou Yoroï shibari n’ont pas le moins du monde disparu. Ce projet, mon projet est avant tout une aventure personnelle, loin de la culture commerciale ou de celle de masse. Elle est jalonnée d’amis, de rencontres, de surprises et de découvertes. Elle est une succession d’instants éphémères et uniques dont le souvenir perdure en moi. Elle est une forme de magie, qu’elle soit blanche ou noire, positive ou négative, mystique ou réaliste, mais humaine !

D’ailleurs, j’aimerais poser cette question :

Qui voudrait transformer le kinbaku en BigMac ? la communauté en MacDo ? et réduire l’étude à une forme de taylorisme qui garantit volume et rendement ?
Ce que nous faisons, ce que nous achetons, notre rapport à cela a-t-il de l’importance ? C’est par nos réponses à ces questions, dans des domaines dispensables comme le kinbaku, comme dans d’autres plus primordiaux, que nous construisons notre monde. Si nous sommes incapables de choix éthiques dans un domaine tel que le kinbaku, quelle est notre chance d’y parvenir dans des domaines plus cruciaux pour notre (sur)vie et dans lesquels les pressions sont incomparablement plus fortes ?

C’est par son inutilité que l’art est primordial. C’est par son inutilité que le kinbaku est primordial.

C’est une réflexion qui fait son chemin depuis un bon moment, qui me fait rejeter certaines choses (en moi comme à l’extérieur de moi). Et qui je l’espère amènera à une évolution positive de ma pratique, de mon art, de mon rapport au monde comme de mon rapport à moi-même (N’est ce pas la même chose d’ailleurs ?)

Nicolas.

Ps : Des News des projets vont suivre, en attendant, deux trois DATES :

  • 12-15/11 – Performance/Workshop – Kiev
  • 20/11 – Chartme – Workshop initiation – Liege
  • 21/11 – festival Ose – Workshop // Performance – Bruxelles
  • 21/11 – Chartme – Performance – Lieges
  • 27/11 – Workshop Suspension – Bruxelles
  • 30/11-4/11 – Workshop – Berlin

Les dernières JAM de l’année : 11-18-25 novembre; 9 -16 décembre !

Une spirale positive 2

Une spirale positive 2

Ce fut le titre de mon billet de mai 2014, et cela me fait me poser plusieurs questions : la spirale fut elle positive ? Je pense que plusieurs éléments à cette époque se sont mis en place pour ralentir mes projets, voire pour me faire reculer. Cela a été difficile à accepter, mais cette énergie m’a amené dans une nouvelle vie, un nouveau pays et une situation en mouvement. Ce qui est chez moi un vrai bonheur ! 

Tout cela n’est pas fini et je pense continuer à me simplifier la vie, pour la remplir de projets. 

Et dans les projets :

Tumultes et une page vidéo !

20140130-Yoroishibari-videos page-2En décembre 2013, c’est le début d’une collaboration prometteuse avec Amaury Grisel, une superbe  séance photo avec Niyouli_Hana. Début prometteur, qui me décide à lui proposer trois projets dont une vidéo. Les prises de vue ont été faites en janvier 2014, 4 plays de 40 minutes sur 3 caméras. Puisqu’il a été pris ailleurs depuis, mon ami Guillaume Pin à eu la gentillesse ce mois-ci de trouver un sens et de monter cela. Le résultat un condensé des 4 plays en une petite vidéo que l’on a voulu plus rock qu’à l’habitude. C’est une très belle interprétation de Guillaume de ce que je voulais.
Dans cet ordre d’idée,  j’ai voulu regrouper sur une même page les quelques vidéos qui ont été fait autours de mon travail ou avec mon travail:
-Le travail avec Mélanie Legrand, Galanteries et Elie.  En dehors du fait qu’elle a suffisamment galéré pour me convaincre d’être devant une caméra, c’est un joli témoignage de ce que nous avons échangé pendant trois ans.
-Il y a aussi, deux vidéos de performances (avec Niyouli et Uchuu Uchuu) témoignage intéressant du type d’énergie que je peux dégager « on stage ».
En fait, il y a peu de captation de mes cordes pour l’heure, mais d’autres projets vont certainement bientôt voir le jour.
La page ici et la nouvelle vidéo en dessous :

Tumultes from Yoroi Nicolas on Vimeo.

Master Class à Brussels :

26122014perf fin d annee deborah-124 jours de travail intensif autour des cordes, recherche du contact, libération de la technique. Ce sera 4 jours autour d’exercices dirigés pour améliorer notre capacité à utiliser des cordes dans lequel on travaillera autant le sol, la semi suspension que la suspension ! Les thème principaux seront : composition/création, mouvement, travail sur une corde.

Info et réservation : ici !

Ecrits :

20150325-Yoroishibari-untitledEntre chamboulement de vie, sur activité (ou presque) et autre, cela fait longtemps que je n’avais pas écrit un texte de fond. Cela me manque et j’ai plusieurs google Doc et Odt qui traînent ici et la. Je dépoussière cela de temps en temps, et la j’ai fait une première version d’une aide pour la préparation de corde. C’est très pragmatique et pratique. Et comme je l’avais promis à pas mal de personnes, je suis heureux d’avoir mis en ligne cette version. Il y aura des mises à jours (Pas tout de suite non plus), en particulier de photos et de techniques.

Le texte : Nawa ou la corde : préparation et informations générales

Calendrier du mois de mai.

Nicolas.

Newsletter !

Contactez-nous

11 + 14 =